10.4 Le Manitoba

EN

Figure 10.4 – Le profil énergétique du Manitoba #

Émissions de GES selon les scénarios
Réductions d’émissions selon le scénario CN50
Production d’électricité selon la source
Production de biomasse selon la source

Les développements clés pour le Manitoba :

  • Selon les tendances actuelles (scénario REF), les émissions devraient augmenter de 72 % d’ici 2060, soit un pourcentage trois fois supérieur aux 25 % d’augmentation de la moyenne nationale, et ce, surtout en raison des émissions provenant de l’agriculture et des transports. 
  • Dans le scénario TC30, le volume d’émissions demeure constant au cours des 40 prochaines années; l’augmentation des émissions provenant de l’agriculture est en effet compensée par la réduction de celles générées par le chauffage des bâtiments, même si ce secteur ne représente aujourd’hui que 11 % des émissions. 
  • Les scénarios CN entraînent une réduction des émissions relativement lente de l’ordre de 5 % (CN60), 14 % (CN50) et 24 % (CN45) d’ici 2030. Le rythme de la transformation s’accélère par la suite et, en 2050, les scénarios CN50 et CN45 présentent un bilan global d’émissions faiblement négatif d’environ 1 Mt d’équivalent CO2. Un très petit volume d’émissions négatives provient de la production d’électricité à partir de la BECSC alors que la production d’hydrogène à partir de la BECSC en est, à l’inverse, la principale source. Le Manitoba n’effectue aucune EDA et la province est nette négative en termes d’émissions restantes en 2050 et 2060. 
  • Le secteur du transport effectue la majorité des réductions d’émissions, et ce, surtout à partir de 2030. Par conséquent, comme en Saskatchewan, ce secteur produit alors un volume très faible d’émissions qui, dans les scénarios CN en 2060, est inférieur d’environ 95 % aux prévisions du scénario REF. 
  • L’industrie réalise l’essentiel du reste des réductions d’émissions, tandis que les bâtiments résidentiels et commerciaux sont presque complètement décarbonés d’ici 2030. 
  • La production d’électricité demeure assez stable au cours de la prochaine décennie. Elle s’accroît par la suite de façon continue pour atteindre à peu près 100 % d’augmentation d’ici 2060, soit légèrement en deçà de la moyenne nationale. Le secteur de l’électricité du Manitoba est déjà décarboné et recourt à l’hydroélectricité pour répondre à l’essentiel de ses besoins. Dans les scénarios menant à la carboneutralité, une partie de l’accroissement de la production d’électricité provient de l’éolien après 2030, comme dans la plupart des autres provinces, mais plus de 40 % de cet accroissement repose sur une augmentation de la capacité hydroélectrique. 
  • Cette capacité supplémentaire de production d’électricité, associée à l’arrêt des exportations d’électricité vers les États-Unis, permet à la province d’exporter environ 10 % de sa production d’électricité vers les autres provinces après 2040.  
  • La production de biomasse se développe de la même façon qu’en Saskatchewan et utilise une faible quantité de résidus forestiers par rapport aux autres provinces. L’expansion considérable que connaît cette production à partir des années 2020, et surtout après 2030, provient de la maximisation des résidus de récolte issus de l’agriculture. La biomasse sert à la production de biocarburants et, dans une beaucoup plus large mesure, à la production d’hydrogène, alors qu’une certaine quantité de biogaz est tirée des déchets municipaux dans le scénario CN45.