10.7 Le Nouveau-Brunswick

EN

Figure 10.7 – Le profil énergétique du Nouveau-Brunswick #

Émissions de GES selon les scénarios
Réductions d’émissions selon le scénario CN50
Production d’électricité selon la source
Production de biomasse selon la source

Les développements clés pour le Nouveau-Brunswick :

  • Dans le scénario REF, les émissions de GES diminuent depuis 2016, surtout en raison de la transformation de la production d’électricité. Après avoir atteint un minimum en 2030, avec une réduction de 34 % par rapport à 2016, les émissions augmentent d’environ 10 % au cours des 30 années suivantes. Cette baisse importante des émissions a une incidence sur les prévisions des scénarios CN pour 2030, car l’objectif est atteint sans qu’il soit nécessaire de fournir de nombreux efforts supplémentaires.
  • Pour 2030, le scénario TC30 affiche donc une réduction des émissions plus rapide que les scénarios CN60 et CN50, soit de l’ordre de 46 % par rapport à 2016, et prévoit que cette réduction atteindra 65 % d’ici 2060. 
  • Suite à une réduction de la production d’électricité associée à la fermeture d’une centrale thermique après 2016, les scénarios TC30 et CN prévoient que la production va doubler d’ici 2060, ce qui est légèrement inférieur à la moyenne nationale. 
  • Il n’est pas prévu d’installer des PRM pour remplacer la production nucléaire conventionnelle, laquelle disparaît à partir de 2040. L’accroissement de la production d’électricité provient donc de l’énergie éolienne et solaire, ainsi que d’une partie de la biomasse utilisée pour la production d’électricité à partir de la BECSC. 
  • Les résultats obtenus pour le Nouveau-Brunswick constituent une version intensifiée de certaines tendances observées dans les autres provinces. Ainsi, alors que la production d’électricité est responsable de 29 % des émissions de la province aujourd’hui, cette production est presque entièrement décarbonée en 2030 dans les scénarios CN et TC30 et elle génère même des émissions négatives dans le scénario CN45. L’écart avec le scénario REF continue à se creuser après 2030, la situation demeurant stable dans le scénario TC30 tandis que tous les scénarios CN prévoient des émissions négatives à partir des années 2030. Cette tendance contribue à rendre la province nette négative par une grande marge, et ce, dès 2040 dans le scénario CN45. Les scénarios CN prévoient, quant à eux, une quantité d’émissions négatives proche de 5 Mt d’équivalent CO2 et des émissions restantes d’un volume inférieur à 2 Mt d’équivalent CO2 en 2060. 
  • La majeure partie de la décarbonisation des transports se produit à partir de 2035, alors que les émissions liées à la production de pétrole et de gaz demeurent considérables en raison des activités très importantes de raffinage qui ont lieu à l’usine Irving, la plus grande installation du genre au Canada; dans les scénarios menant à la carboneutralité, il est nécessaire de réduire ces activités de raffinage. 
  • Une partie de la production d’hydrogène à partir de la BECSC entraîne des émissions négatives, bien qu’en quantités beaucoup plus faibles que la production d’électricité à partir de la BECSC. 
  • La production de biomasse double pratiquement d’ici 2040 dans les scénarios CN et TC30, ce qui constitue une augmentation plus importante que celle prévue dans le scénario REF, et cette production repose presque entièrement sur les résidus forestiers.