3.3 La productivité énergétique

EN

À l’exception de l’Islande, le Canada surpasse tous les autres pays de l’OCDE en matière de consommation d’énergie par habitant1. Sa consommation par habitant équivaut en effet presque au double de la moyenne de l’OCDE. Cette situation s’explique en partie par les profils des secteurs industriel et du transport ainsi que le climat du pays. Ce qui est particulièrement remarquable, c’est le fait que l’intensité énergétique au Canada est également plus élevée que dans d’autres économies comparables (Figure 3.9). 

Figure 3.9 – Consommation et intensité énergétique des membres de l’OCDE (2015) #

Source : Indicateurs du développement dans le monde (IDE), 2021
Note : L’Islande (732 TJ par habitant, 17 TJ par 1 000 $ de PIB) est omis de ce graphique, pour en faciliter la lecture.

De 1995 à 2015, le Canada figurait parmi les trois pays les moins performants pour chacun de ces indicateurs. Ce constat est particulièrement remarquable si l’on tient compte du fait que le pays a connu une diminution importante de son intensité énergétique au cours des deux dernières décennies (- 34,1 % entre 1995 et 2015), ce qui montre que cette diminution n’a pas été suffisante pour permettre au Canada de rattraper les autres économies. La consommation d’énergie par habitant a également stagné au cours de la même période (- 4,4 %), suggérant que les améliorations réalisées en matière d’efficacité énergétique ont à peine suffi à empêcher la consommation de croître. La diminution de l’intensité énergétique implique qu’une plus petite quantité d’énergie est nécessaire pour satisfaire des besoins similaires : par conséquent, cette diminution, associée à une consommation énergétique stagnante, laisse entrevoir qu’il y a eu une croissance de la demande de services énergétiques dans un passé récent.  

Il convient de noter que la structuration historique du secteur industriel est en partie responsable de cette situation, alors que de nombreuses industries à forte intensité énergétique (alumineries, pâtes et papiers, extraction et transformation de pétrole et gaz) entraînent une hausse de l’intensité énergétique pour l’ensemble de l’économie. Depuis vingt ans, la croissance rapide d’un secteur à forte intensité énergétiques comme le secteur pétrolier et gazier, explique en partie la différence de consommation d’énergie primaire entre les provinces. L’Alberta et la Saskatchewan, les deux provinces ayant la plus forte production de pétrole, affichent des niveaux de consommation d’énergie par habitant qui représentent plus du double de la moyenne canadienne. 

Toutefois, même les provinces qui affichent une faible consommation énergétique par habitant (selon les normes canadiennes) enregistrent des niveaux très élevés par rapport à la plupart des pays puisque les secteurs à plus faible intensité énergétique présentent en général une plus faible productivité énergétique (selon les normes de l’OCDE).


Notes

1 En Islande, l’essor d’industries à forte intensité énergétique, comme l’aluminium, et la très petite population du pays expliquent son profil de consommation aberrant.