4.4 Les points à retenir

EN

Bien qu’il soit indéniable que l’énergie joue un rôle majeur dans l’économie canadienne, il faut, ici encore, prendre en compte les importantes variations qui existent entre les régions. L’exploitation du pétrole et du gaz représente la plus grande part du secteur de l’énergie dans le PIB du Canada, une conséquence de la valeur élevée des exportations, tel que souligné précédemment dans ce rapport. En partie à cause de ce facteur, la contribution du secteur de l’énergie à l’économie nationale est nettement moindre en termes d’emploi. La dépendance du Canada à l’égard de ses exportations fait que les revenus provenant de l’exportation du pétrole et du gaz sont sujets à variations. De plus, le volume de ces exportations souligne la position vulnérable du Canada par rapport aux fluctuations du marché aux États-Unis. Enfin, les chiffres relatifs aux investissements suggèrent également que l’investissement dans le secteur des énergies renouvelables a un impact plus grand sur la création d’emplois, et ce, même si ce secteur présente une contribution plus faible au PIB national.

Depuis 2010, les dépenses des ménages pour les services énergétiques présentent deux dynamiques prédominantes. L’évolution des préférences en matière de transport, qui constitue le service énergétique le plus coûteux, a conduit à une augmentation de cette catégorie de dépenses. Pour la période comprise entre 2010 et 2019, cette augmentation résulte de l’achat de véhicules plus chers et de coûts d’entretien plus élevés plutôt que de dépenses en essence plus importantes.