2.4 Les produits pétroliers

EN

Le Canada possède seize raffineries de pétrole en activité sur son territoire (Tableau 2.3). Bien qu’il existe certaines variations dans la production des différentes raffineries, les principaux produits raffinés à l’échelle nationale sont l’essence (38 % du total) et le carburant diesel (27 %). Ces deux combustibles sont principalement utilisés dans le secteur du transport et distribués par l’entremise d’un réseau comptant quelque 12 000 stations-service. Les 35 % qui restent consistent en une longue liste de produits raffinés, dont le butane, les mazouts légers et lourds, l’asphalte et les matières premières utilisées à diverses fins par l’industrie pétrochimique (Statistique Canada, 2021g). Le principal produit raffiné est le carburéacteur qui compte pour 6,2 % du total.

Tableau 2.3 – Capacité de raffinage par usine et par province (2020) #

Source : Association canadienne des carburants, 2021

Même si la production totale du Canada est suffisante pour répondre aux besoins du pays, divers facteurs régionaux et une demande fluctuante pour les produits pétroliers raffinés font en sorte que les échanges commerciaux demeurent importants pour assurer un équilibre opportun entre la demande et l’offre au pays. En 2019, les exportations s’élevaient à 1 003 PJ, alors que les importations totalisaient 693 PJ.
Il convient également de noter le fait que les sables bitumineux de l’Ouest canadien ont accru leur part dans l’approvisionnement des raffineries canadiennes au cours des 20 dernières années. En 1998, 13,8 % de l’approvisionnement des raffineries canadiennes était constitué de pétrole brut synthétique provenant des sables bitumineux canadiens; en 2018, cette part était passée à 28,1 %. Cette croissance s’est faite au détriment du pétrole brut léger classique (- 9,6 %) et du pétrole brut lourd (- 6,5 %) (Statistique Canada, 2021b). Cette situation est le résultat d’une augmentation de l’ordre de 215 % de la production pétrolière canadienne (provenant en grande partie des sables bitumineux), associée à la difficulté d’atteindre les marchés internationaux, et ce, à des prix qui soient considérés comme étant bas par rapport aux autres marchés pétroliers (Statistique Canada, 2021b).