13.4 Les produits chimiques

EN

Plus de la moitié des émissions de l’industrie chimique sont liées à la consommation d’énergie, les autres provenant des différents procédés. Dans les scénarios menant à la carboneutralité, un maximum de 34 % des installations de production seront équipées pour réaliser le captage du carbone (figure 13.5). La pétrochimie est le secteur où cette transformation se produira le plus tôt, l’essentiel des installations qu’il faudra équiper sur l’ensemble de l’horizon temporel étant modernisé avant 2030. La production d’engrais est également incluse dans cette première phase d’adoption de la technologie de CSC, même si seulement 19 % des installations sont adaptées à cette fin, contre la moitié environ des installations du secteur de la pétrochimie. Fait intéressant, ces deux changements précoces apparaissent dans les résultats du scénario TC30, contrairement à d’autres secteurs analysés ci-dessus où le scénario TC30 n’est pas suffisant pour déclencher les activités de CSC sans l’ajout de contraintes supplémentaires. Ce constat suggère que le captage du carbone dans le cadre de la production de produits chimiques entraînera des coûts inférieurs à plus court terme.   

Figure 13.5 – Production de produits chimiques selon les scénarios #

Les émissions négatives provenant de la BECSC pour les chaudières apparaissent dès avant 2030 dans l’industrie chimique. Si cela se poursuit après 2030, c’est la transformation du reste du bouquet énergétique qui permet d’éliminer le reste des émissions en 2040. Excluant les chaudières, les émissions des procédés et celles liées à l’énergie évoluent de façon similaire : lesscénarios menant à la carboneutralité parviennent à réaliser des réductions en diminuant très tôt la production et en conservant des niveaux de production inférieurs de 20 % par rapport aux scénarios REF et TC30 pendant la majeure partie de la période. Alors que le rôle du CSC s’accroît rapidement après 2025, cette technologie ne permet de réaliser que 33 % tout au plus des réductions en 2035. Par la suite, dans le scénario CN50, les réductions résultent de plus en plus du changement de combustible et de la baisse des niveaux de production (figure 13.6). En 2060, seulement 26 % des réductions (excluant les chaudières) proviennent du captage du carbone dans le scénario CN50 par rapport au scénario REF, alors que le changement de combustible et les niveaux de production inférieurs sont respectivement responsables de 41 % et 32 % des réductions. 

Figure 13.6 – Réductions d’émissions dans la production de produits chimiques (scénario CN50) #