12.3 En route vers la carboneutralité

EN

Le fait de passer d’un cadre de mesures axé sur la réduction des émissions de GES à un objectif de carboneutralité modifie l’intérêt stratégique des solutions de CSC utilisées dans divers secteurs économiques. Il devient en effet alors nécessaire de prendre en compte les émissions totales produites au cours du cycle de vie des combustibles utilisés, ou au moins celles qui sont générées depuis le lieu d’extraction du combustible jusqu’au lieu de production industrielle, plutôt que de ne s’en tenir qu’aux seules émissions issues des procédés industriels. 

La plupart des activités commerciales de CSC et de CUC contribuent actuellement à réduire les émissions provenant des procédés industriels, car une très grande partie de ceux-ci sont difficiles ou impossibles à transformer pour éviter la production d’émissions de GES. Dans ce cas précis, il existe trois possibilités de solution, soit : 

  1. Trouver un produit de remplacement dont l’empreinte carbone est plus faible ou éliminer complètement le besoin d’utiliser ce produit; 
  2. Développer un procédé de production carboneutre; 
  3. Utiliser le CUSC pour capter les GES à la source. 

Dans ce dernier cas, l’élimination des GES se concentre généralement sur une étape spécifique dans le procédé de production et le CUSC ne capte pas la totalité des GES émis, et ce, même sur le site de production. Par conséquent, pour qu’une production soit entièrement carboneutre, elle doit être associée à des projets d’émissions négatives afin que les émissions fugitives ou résiduelles puissent être compensées.  

À l’heure actuelle, même s’il existe de nombreuses entreprises à émissions négatives dont les activités reposent surtout sur le reboisement, aucune installation industrielle commerciale n’utilise un procédé carboneutre qui est vraiment intégré. Au contraire, comme la plupart de ces installations réutilisent le CO2 capté pour procéder à une récupération assistée du pétrole, leur impact positif net sur le climat peut être discutable. Par conséquent, il devient nécessaire d’effectuer une planification et une analyse détaillées des émissions générées au cours du cycle de vie des combustibles utilisés afin de pouvoir mettre en œuvre des procédures réalistes et convaincantes pour que ces industries puissent atteindre la carboneutralité. 

Néanmoins, en s’appuyant sur les travaux de modélisation présentés dans ces Perspectives, il est possible de conseiller d’adopter cette approche intégrée de la carboneutralité, qui augmente le coût de la gestion des GES, d’abord pour les procédés industriels qui sont incontournables, plutôt que de s’en servir pour soutenir la décarbonisation partielle de secteurs qui peuvent être transformés d’une autre manière.